Sans_titre_11Synopsis : Sara Collins, la femme du sénateur américain Jeffrey Collins disparaît. Le FBI, d'abord mené par l'agent Kelton puis par l'agent Lucas, enquête sur cet enlèvement. En s'intéressant à la vie de Sara, le FBI va découvrir certains de ses petits secrets et se rendre compte qu'il ne s'agit pas d'un simple enlèvement mais d'un complot bien plus complexe...

La série a souvent été comparée à Kidnapped à cause du thème de l'enlèvement qu'elle aborde également. Comme je n'ai pas regardé Kidnapped (je n'en ai pas eu l'occasion et quand la série a été diffusée, j'ai eu des échos plutôt négatifs...), je me suis dit que j'allais tenter le coup avec Vanished. En plus, ça ne pouvait que remonter le niveau des séries de la soirée (étant diffusée après Prison Break...). Et je suis contente d'avoir essayé parce que j'ai bien accroché dès les premiers épisodes. J'aime quand tous les secrets sont mis en avant, quand tout semble plus ou moins lié et qu'on a envie de découvrir jusqu'où le mystère s'étend, quand le criminel semble aussi s'en prendre à l'enquêteur. La chose à laquelle j'ai eu un peu de mal à m'habituer, ce sont les transitions en petits points noirs et blancs pour les flash-backs. Mais là, ce n'est qu'un détail.

Au fil des épisodes, l'enquête avance. On découvre de plus en plus de chose sur Sara, le mystère autour de sa disparition s'épaissit et une sorte de mythologie se met en place. Le rythme est bon, les épisodes sont intrigants et plaisants à suivre. Le mystère mystico-religieux qui semble entouré toute cette affaire est très intéressant : le symbole des Francs-maçons, les manuscrits anciens, la roue de codage,... C'est dommage que toute cette partie de la série n'ait pas été présente dans les derniers épisodes et que l'on n'ait pas eu plus de réponse à ce sujet.

Sans_titre_4L'un des autres bons points de la série est le fait que le changement de personnage qui a lieu pendant l'épisode 1x07 : Résurrection a été bien amené et ne m'a pas du tout perturbée (pourtant, je suis toujours frileuse en ce qui concerne les changements de cast). L'agent Kelton, joué par Gale Harold, se fait tuer et est remplacé par l'agent Lucas, joué par Eddie Cibrian. Personnellement, j'ai préféré le second agent au premier (et pas seulement parce que c'est un grand brun au regard charmeur et au sourire renversant). Je n'avais pas vu joué Eddie Cibrian très souvent jusque là, mais au moment de la diffusion de Vanished sur M6 je le voyais aussi dans Invasion. Ce changement a donc été une bonne surprise de le retrouver là. J'ai trouvé le personnage de l'agent Lucas plus sympathique, j'avais mis du temps à accrocher à celui de Kelton...

Dans les derniers épisodes, soit à partir du 1x10 : Prisonnières, on découvre que le mystère et le complot s'étend plus loin qu'on ne le pensait. Parmi les différentes révélations, on peut notamment citer le fait que le père du sénateur et le chef de l'équipe du FBI qui enquête ne sont pas étrangers à l'enlèvement et au complot.

La série a été annulée, faute d'audience, au bout de 13 épisodes seulement. La fin est donc frustrante parce que ce n'est pas une vraie fin. Certes la famille Collins se retrouve ensemble autour d'une table et l'ex-femme du sénateur y a repris sa place de femme de la maison (occupée jusque là par Sara). Certes Sara retourne auprès de Peter (le pêcheur dont elle était amoureuse, qu'elle a quitté sans explication, avec qui elle a eu une fille et qui l'a cherchée) parce qu'elle est perdue et qu'elle ne savait pas vers qui se tourner. Et c'est donc là le retour aux sources (titre du dernier épisode). Mais il y a plein de question sans réponse.
Il n'y a pas beaucoup de mystère mystico-religieux dans les derniers épisodes et c'est dommage. Cette partie de la série est vraiment très intéressante. La série aurait mérité des épisodes supplémentaires (une saison complète aurait été bien) pour levé le voile sur le mystère qui plane autour de Sara et des manuscrits, pour donner une conclusion plus satisfaisante à la série.