californication_2Californication signe le grand retour de David Duchovny sur le petit écran dans un rôle très éloigné de celui de l'agent Mulder. L'acteur interprète Hank Moody, un écrivain talentueux à la vie houleuse qui multiplie les conquête depuis qu'il s'est séparée de son ex, Karen, qu'il aime toujours et avec qui il a eu une fille, Becca, aujourd'hui âgée de 13 ans.

Il ne faut pas se fier aux pilot qui montre tout le côté provocant de la série. Bien sûr, ce côté provocant fait le sel de la série (et est beaucoup plus présent dans le pilot que dans les autres épisodes) mais elle ne se résume pas à ça. Elle est aussi composée de personnages attachants, à commencer par Hank qui, sous ses airs de mauvais garçon à la vie de débauche, est un auteur perdu, un bon père, un homme attachant et maladroit, un homme de mots aux réparties croustillantes. Il est "tragiquement imparfait" (c'est le titre du dernier épisode de la saison, 3x12, et une formulation de Becca qui parle de son père) et c'est tout ce qui fait son charme.
californication_1Le cœur de la série est bien la famille de Hank : Karen, l'ex dont il est toujours amoureux, et Becca, leur fille qu'il adore. Le côté familiale est ce qu'il y a de meilleur dans la série. La relation père-fille est très touchante. Becca rend Hank meilleur et Hank est un bon père avec elle. La relation entre Hank et Karen est bien sûr au cœur de la saison puisque, tout au long des épisodes, on suit Hank qui tente de la reconquérir. Cette relation est très touchante également : ils prennent soin l'un de l'autre et sont restés proches. Les moments familiaux font s'émouvoir ou sourire et cet aspect de la série fait oublier ses défauts.
californication_3Les personnages de Charlie et de Mia ne sont pas très convaincant. La story-line de Charlie ne se révèle pas être très intéressante et le personnage de Mia est plus horripilant qu'autre chose. Bon, c'est son rôle dans cette saison : la peste, l'ado mal dans sa peau avide de sensations et de reconnaissance. Mais je ne sais pas, il y a un truc,
au-delà de son rôle de peste, qui fait que je n'ai pas accroché au personnage. L'autre défaut de la série, c'est de servir du trash là où ce n'est pas forcément nécessaire.

David Duchovny revient donc au petit écran en grande forme pour nous montrer tout l'étendu de son talent dans une série très sympathique à suivre, avec des personnages attachants qui nous font oublier les petits défauts de la saison.