sanctuary_01A l'origine, Sanctuary est une web série. Diffusée à la télé depuis fin 2008 aux Etats-Unis, elle a la particularité d'être tournée presque entièrement sur fond vert. Les images de synthèse et les effets spéciaux plutôt réussi donnent une ambiance particulière à la série. Aux commandes de la série, on retrouve une partie de l'équipe de Stargate. On retrouve également des acteurs de la franchise dans certains épisodes. Amanda Tapping, bien sûr, qui joue le rôle d'Hélène Magnus (et qui n'a malheureusement pas retrouver Hélène Chanson pour sa voix française), mais aussi d'autres membres de SG1 et de Stargate Atlantis.

Avec cette atmosphère particulière, on aurait pu penser que la série irait chercher également quelque chose de plus original au niveau des scenarii. La première saison nous livre des épisodes par lesquels toutes les séries de science-fiction passent (regard extérieur sur ce qui se passe, huis clos à tendances paranoïaques, combat entre créatures,...). Même si on peut considérer ça comme des passages obligés, une touche d'originalité en plus aurait été bénéfique à cette première saison. Il manque un petit quelque chose à la série. Là où ça commence à devenir plus intéressant, c'est quand les épisodes touchent à la mythologie de la série. En cela, le final de la saison donne envie de revenir pour la saison 2 afin de savoir pourquoi Ashley a fait ce qu'elle a fait.

sanctuary_02L'autre petit problème que j'ai avec la série, c'est que je n'ai pas l'impression de m'être vraiment attachée aux personnages. J'aime beaucoup Amanda Tapping mais Hélène Magnus n'a pas le côté tourmenté que j'aime tant des immortels (ou quasiment immortels). Will est un peu trop lisse à mon goût. Les personnages ne sont pas vraiment traités en profondeur et c'est dommage. Alors, je sais bien qu'il n'y a que 13 épisodes dans cette première saison mais les personnages auraient gagné à être un peu plus développés.

Et pour ne pas finir sur une note négative, je vais parler des références de la série. C'est un côté que j'aime beaucoup. On voit collaborer Jack l'éventreur, James Watson, celui qui donna son idée à Edison,... Il y a pas mal de références historiques, notamment grâce à Hélène Magnus. Et puis, sans compter la présence de certains acteurs de la franchise Stargate, il y a les clins d'œil à SG1. Dans le premier épisode, par exemple, le phénomène ressemble beaucoup à un goa'uld. Dans un autre épisode, un adolescent dessine un monstre qui ressemble trait pour trait à un Unas.