fringe_season_2_posterSi la saison 1 de Fringe m'a beaucoup plu, la saison 2 a encore fait mieux pour moi. Je vous ai dit que j'adore les histoires de dimensions alternatives, et bien, j'ai été servie !

La saison nous offre des épisodes bien sympathiques. Le 2x20 : Brown Betty est excellent, je trouve. Je crois que je pourrais passer des heures à écouter Walter raconter des histoires. J'aime comment il situe son histoire dans le passé, mais qu'il y ait toujours des téléphones portables. J'ai explosé de rire en voyant la vache avec des taches de toutes les couleurs, mais ce n'était rien comparé aux corps chantants. La brown Betty qu'il a fumée avant de raconter cette histoire, c'était de la bonne ! ^^' Ce qui était très bien avec cet épisode, c'est qu'il y avait une tristesse très présente malgré tous les éléments drôles dispersés dans l'épisode. J'ai beaucoup aimé le générique qui s'adapte à l'époque à laquelle l'épisode a lieu, tout comme les noms des lieux incrustés.

fringe_castL'adaptation du générique, on la retrouve aussi à la fin de la saison quand les intrigues se passent majoritairement dans l'autre dimension. Générique rouge pour là-bas et bleu pour ici. C'est simple, efficace et bien trouvé.

Entre Walter et Peter, c'est le fils qui prend soin du père. Leur relation père/fils était comme inversée. Au moment où tout semble aller pour le mieux entre eux, où Peter fini par l'appeler à nouveau « papa », est le moment où tout bascule parce qu'il découvre la vérité sur qui il est vraiment. Les remords de Walter, sa tristesse et sa douleur me bouleversent à chaque fois. Ne pas ramener l'autre Peter dans sa dimension d'origine n'est pas une de ses meilleures idées, mais on peut le comprendre. Toujours à propos de Walter, les tests pratiqués sur des enfants ont causé beaucoup de tort aux enfants en question. Quand il est à nouveau face à eux, on sent très bien à quel point ses années de folie l'ont changé, même sans l'avoir connu avant. On sent que l'expression de ses regrets est sincère.

fringe_s2_01minQuant à Olivia et Peter, il y a un rapprochement visible entre eux, presque un baiser vers le milieu de la saison et un baiser dans l'avant-dernier épisode de la saison. Mon petit cœur de shipper a adoré et aime le rapprochement entre ces deux-là. Et j'adore comment Walter est shipper lui aussi. Cette saison encore on a le droit à quelques remarques là-dessus de sa part. C'est savoureux.

Et sinon, pour la petite anecdote : fallait que ça soit un ancien Tok'ra, J. R. Bourne qui jouait Martouf dans SG1, qui s'occupe du cas d'un cosmonaute !



Encore une fois, la saison a été très addictive pour moi. Surtout que la fin ne peut que nous donner envie de revenir parce que, évidemment, s'ils ont réussi à ramener Peter, ce n'est pas la bonne Olivia qui est rentrée avec eux... J'ai vraiment hâte de voir la saison 3 !