saison_5_1J'ai eu du mal à dire au revoir à Ten et à David Tennant. Beaucoup de mal. Les derniers épisodes spéciaux ont été très éprouvants. Je me demandais comment j'allais pouvoir passer à un autre Docteur, continuer sans Ten. On est pourtant déjà passé par une régénération et donc un changement d'acteur, mais ça n'avait rien de comparable pour moi. Attention, j'adore Nine et Christopher Eccleston. Il a été mon premier Docteur et c'est quelque chose qui compte beaucoup. C'est par lui que j'ai découvert la série, ça ne s'oublie pas. Mais il est resté moins longtemps que David Tennant alors j'ai moins eu le temps de m'attacher à lui. La séparation a donc été moins douloureuse. Mais pour Ten... On pourra dire qu'il m'aura fait pleurer, celui-là !

Pour dire au revoir à Ten, je savais qu'il me faudrait du temps. J'ai pu prendre sereinement ce temps en sachant qui allait reprendre les commandes de la série après le départ de Russell T. Davies. Steven Moffat a écrit certains des plus beaux épisodes de la série alors j'avais de quoi attendre et me lancer dans la saison 5 en toute confiance, tant au niveau des histoires que du choix de l'acteur pour incarner le onzième Docteur. Et j'ai bien fait. En un seul épisode, Matt Smith m'a convaincue qu'il était le Docteur.

saison_5_3Je sais que tous les changements dans la série n'ont pas plus à tout le monde ou ont au moins soulevé quelques inquiétudes. Nouveau Docteur, nouveaux compagnons, nouveau TARDIS, nouveau logo, nouveau producteur exécutif. Ça aurait pu être un synonyme de perte d'identité pour la série, mais ça ne l'a pas été. Si la saison 5 apporte incontestablement un nouveau souffle à la série, il y a plusieurs références aux saisons précédentes qui l'installe dans la continuité. Il y a beaucoup de nouveautés, mais rien n'est renié. Un peu à l'image de l'intronisation du nouveau Docteur avec les portraits de toutes les anciennes incarnations du personnage qui défilent devant lui et que le premier épisode utilise pour affirmer son identité.

saison_5_2Steven Moffat nous a concocté une intrigue qui s'étend sur toute la saison à base de wibbly wobbly timey wimey stuff qui atteint son paroxysme dans les épisodes finaux. Fraîchement régénéré, le Docteur rencontre celle qui deviendra sa future compagne de voyage. C'est encore une très belle rencontre pour le Docteur. Il y a bien sûr toute l'intrigue autour de la faille dans le mur de sa chambre, mais il y a surtout une très bonne entente entre Amy et Eleven. Et quand on ajoute Rory à ce superbe duo, on obtient un trio parfait. Quand j'ai vu que le Docteur embarquait aussi le petit ami de sa compagne de voyage, j'ai tout de suite pensé à Mickey qui n'était pas vraiment mon personnage préféré. Mais ici, rien à voir, Rory se révèle être une perle et les moments partagés avec le Docteur ou avec Amy sont savoureux. On croise aussi River dans cette saison et si je ne suis pas une très grande fan du personnage, elle m'intrigue beaucoup et j'adore comment le Docteur se comporte dès qu'elle apparait.

saison_5_4L'arc principal de la saison donne de beaux instants à se perdre dans la ligne du temps. Un peu dur à suivre diront certains, personnellement j'adore. Je n'ai même pas cherché à comprendre, je me suis laissée porter par l'intrigue et c'est passé tout seul. Alors, par contre, je serais incapable de faire un résumé de cette saison tant elle est dense. Comme d'habitude, la série nous offre aussi de vraies perles. Pour la saison 5, je citerais notamment le 5x10 : Vicent and the Doctor que je trouve tout simplement magnifique, le 5x04 : The time of angels qui reprend les anges pleureurs et le double épisode final qui fait entrer les compagnons du Docteur dans la légende, comme leurs prédécesseurs.

À mes yeux, la saison 5 est une réussite et je reviendrai pour la 6 avec un grand plaisir parce que j'ai hâte de retrouver les trois compères !