Dr. Quinn, c'est une des séries qui ont marqué mon enfance. Je me souviens des rediffusions sur M6, en alternance avec La Petite maison dans la prairie. Je me souviens des déjeûners chez ma grand-mère devant des épisodes inédits ou qu'on avait déjà vu dix fois. Et dernièrement, je suis tombée par hasard sur une diffusion, sur Gulli. Pleine de nostalgie, j'ai regardé un épisode. Le lendemain, je me suis dis que je pouvais bien regarder le suivant. Voilà comment j'ai revu l'intégrale de la série. Bon, comme j'ai pris la diffusion au vol sur Gulli (vers la fin de la saison 3 me semble-t-il), j'ai rattrapé tout le début de la série en parallèle.

Le-logo-Dr-QuinnCa faisait vraiment longtemps que je n'avais pas regardé un épisode et je me suis aperçue que j'avais oublié beaucoup de détails. Autant le générique ("Tout le monde disait qu'une femme médecin"... *musique*) et certains épisodes sont très bien restés, autant d'autres semblaient presque inédits alors que je suis sûre d'avoir vu l'intégrale de la série plusieurs fois. Vive ma mémoire de poisson rouge ! Comme ça j'ai pu la revoir sans une impression constante de déjà-vu, ce n'est pas plus mal. 

Groupe2Ca a donc été un plaisir de revoir Colorado Springs à l'époque du Far West. J'ai revu Une Nounou d'Enfer il n'y a pas très longtemps et il était finalement logique que ma nostalgie m'emmène vers Dr. Quinn après ça. Je me suis laissée prendre au jeu une nouvelle fois et j'ai adoré partagé une nouvelle fois la vie mouvementée de la famille et des amis de Michaela. Et non, ce n'est pas que pour la plastique et les beaux yeux de Sully.

La série place son histoire dans un Far West reconstitué, à l'époque où le Colorado n'était pas encore un Etat mais un territoire des Etats-Unis (au début de la série). Et déjà l'idée de base me plaît puisque qu'on ne verra pas des cow-boys se  tirer dessus en plein centre-ville dans tous les épisodes mais on assistera plutôt à une reconstitution plus ou moins fictive du mode de vie de l'époque. Il y aura des cow-boys et des scènes rappelant les westerns, évidemment. Le contraire eut presque été un crime vu la période choisie mais c'est une bonne idée selon moi d'avoir choisi de montrer une autre facette de l'Ouest américain.

Une des forces de la série, c'est qu'elle maîtrise bien ses personnages. On arrive à s'attacher à eux malgré des défauts aussi gros qu'un racisme évident et une mysoginie revendiquée. Je pense à Hank, Jake ou Lauren par exemple. La série les fait évoluer, réfléchir, mais le fait est qu'on s'attache à eux malgré tout. C'est bien parce qu'on fond d'eux se cache un coeur d'or, dans certaines situations. Jake tombe amoureux d'une femme d'origine mexicaine, Hank libère Myra, et Lauren se prend d'affection pour Brian et finit par accepter la relation de Dorothy et Nuage Dansant. Et c'est l'arrivée d'une seule personne qui va permettre ces changements. Le Dr. Quinn, en s'installant à Colorado Springs, bouleverse bien des vies et des façons de penser, fait évoluer les mentalités.

Ainsi, avec un personnage médecin et qui a tendance à mettre son nez partout, la série aborde des thèmes variés dont je n'avais pas forcément saisi la force avec mes yeux d'enfants. Racisme, mysoginie, homosexualité, maladie, pauvreté, inégalité des sexes, la destruction de la faune et de la flore par l'homme. Je me rends compte à présent que c'était une série moderne avec des thèmes qui nous touchent toujours maintenant. Traités dans une série qui se déroule à l'époque du Far West, nous savons ces thèmes presque intemporels puisqu'ils prennent très bien leur place à la fin du 19ème siècle aux Etats-Unis, à l'époque de la série dans la seconde moitié des années 90, et plus de 10 ans après en la revoyant. En miroir, la série véhicule donc certaines valeurs comme le sens de la famille (de sang ou pas), l'amitié, la tolérance et l'ouverture d'esprit.

dr-quinn-femme-medecin-5624295qyxpmMais, la plus grande force de Dr. Quinn, celle qui a fait son succès, c'est la relation entre Sully et le  Dr. Mike. On nous fait attendre juste le temps qu'il faut, je trouve. Ils apprennent à se connaître, se tournent autour, tombent amoureux et ont peur de perdre leur liberté s'ils s'avouent leurs sentiments. Mais au début de la saison 2, l'aveu est là pour notre plus grand plaisir. Parce qu'ils sont absolument adorables, parce qu'ils s'accordent parfaitement malgré de si grandes différences, parce que plus croquignolets qu'eux deux quand ils se regardent, je crois que ça n'existe pas. Leur relation avance au fil du temps. On ne reste pas à attendre que quelque chose se passe (c'est la frustration des ships dans les séries que je regarde en ce moment qui parle ^^'). L'aveu, la demande en mariage, le mariage, le bébé : c'est simple, normal et ça fonctionne. La série nous enrobe le tout dans des aventures que j'adore suivre et on obtient une histoire d'amour qui tient la route et qui sait garder le téléspectateur.

Si je devais souligner un poit négatif dans la série, ça serait la présence par intermitence de Sully. On ne le voit plus aussi souvent qu'avant dans la dernière saison et j'ai trouvé ça dommage. Il y a son meilleur ami à la place, joué par John Schneider (qu'on retrouvera entre autre dans le rôle de Johnatan Kent dans Smallville) mais je préfère clairement Sully. Cela dit, la série se sert de cette situation pour montrer à quel point le couple que forme les deux héros est fort puisqu'il résiste à un éloignement assez long.

Vous l'aurez compris, j'ai revoir la série. Qu'est-ce que je suis contente d'avoir retrouver Sully ! D'avoir parcouru la forêt et les montagnes avec lui, d'avoir redécouvert une partie de la culture cheyenne (et j'ai dû m'inventer une bonne dizaine de noms indiens), d'avoir travailler le bois à ses côtés, ou d'avoir presque appris à reconnaître les empruntes des animaux. J'ai aimé retrouver Michaela pour soigner des patients grâce à de la tisane d'écorce de saule, tomber amoureuse de Sully, élever des enfants et construire une famille. Cette série, c'est aussi l'évasion. Elle présente un mode de vie différent du nôtre. Très différent du mien. Alors on pourra penser ce qu'on veut de Dr. Quinn, femme médecin mais pour moi elle gardera une place spéciale. Elle a été une des premières séries que j'ai vues à pouvoir me faire voyager. On lance un épisode et on est transporté. Ailleurs. Il y a longtemps.